18 minutes pour convaincre : recettes pour des formats courts et convaincants !

Comment convaincre et se faire comprendre en 18 minutes pour un conférencier ? Didier Chambaretaud, auteur du livre « 18 minutes pour réussir sa présentation » a formé les futurs conférenciers du Congrès ADF 2017 à l’art du format court. Interview.

Quel est l’avantage d’une conférence en format court ?

Didier ChambaretaudDidier Chambaretaud : Les séances défi du Congrès ADF, baptisées « 18 minutes pour convaincre », s’inspirent du concept des conférences TED et TEDX. Dans ce type de conférences, on assume une part d’émotion, pour s’adresser à celles de l’assistance et faciliter la transmission et la mémorisation du message. Construire son récit à travers la mise en œuvre du « storytelling » permet de donner du relief et de retenir l’attention des auditeurs.

Comment garantir la valeur scientifique de l’intervention ?

D. C. : Sur le plan scientifique, l’intérêt d’une conférence est son efficacité. Les conférences en format court cherchent à avoir de l’impact, sans pour autant faire de concession à la valeur scientifique des informations transmises. Si l’on souhaite une prise de parole réussie, il faut accepter de la préparer. Quand une conférence est bien faite, préparée à l’aide de techniques maîtrisées et éprouvées, son contenu scientifique peut être mis en valeur.

Quels conseils donnez-vous aux conférenciers que vous formez ?

D. C. : Les conférenciers qui vont s’exprimer dans ce format au Congrès ADF 2017 bénéficient d’un séminaire de formation d’une journée, suivis d’échanges en petits groupes. En un jour, je leur donne les clés d’une intervention efficace et je leur transmets l’envie de dépasser leur manière habituelle de fonctionner. L’intervenant est maître de son sujet, c’est lui qui réalise l’essentiel du travail. Mon objectif est de l’aider à choisir les éléments saillants de son intervention, à partir desquels nous allons construire une logique de récit. C’est pourquoi, tout au long de la journée, j’alterne entre les conseils de type scénique – comment se mettre en scène – et les conseils d’écriture.

Comment cette méthode d’élaboration se traduit-elle concrètement ? 

D. C. : Le conférencier m’indique tout d’abord ce qu’il souhaite exprimer à travers son sujet. Au fil de la conversation, je note des expressions qui serviront ultérieurement. J’aide ensuite l’intervenant à définir un angle original, à extraire les éléments saillants et à élaguer ce qui ne sert pas directement son propos. Il ne reste plus ensuite qu’à ajouter un détail, une anecdote, des chiffres ou une métaphore qui seront structurants pour le récit. Il faudra aussi ménager des pauses ou des jeux de scènes, permettant au public de respirer et d’adhérer aux propos de l’intervenant. En introduisant de l’humain et de la connivence, on suscite l’adhésion !

[Pour en savoir plus] 

À lire : « 18 minutes pour réussir votre présentation » de Didier Chambaretaud, Eyrolles, 2016

Les deux séances défi du Congrès ADF 2017 - "18 minutes pour convaincre" 

GESTION DES URGENCES
Séance B34 - Points de vue - mercredi 29 novembre - 14h-15h30

Séance incluse dans le forfait Congrès

Responsable Scientifique : Dorothée Louis-Olszewski
Conférenciers :
Philippe Doucet - Quelles sont les véritables urgences en parodontologie ?
Maxime Drossart - Gérer l’urgence esthétique sans compromettre le résultat final
Guillaume Jouanny - S'organiser pour être rapide et pertinent lors d'une urgence endodontique

Les urgences dentaires font partie du quotidien de chaque praticien. Elles exigent finesse dans le diagnostic, psychologie pour appréhender une situation inhabituelle ou répondre rapidement à l'angoisse, certes légitime, d'une patientèle devenue exigeante et enfin organisation pour les intégrer dans un agenda chargé et les gérer de manière efficace. Il faut donc être prêt à intervenir, ce qui suppose la possibilité de poser rapidement un diagnostic précis, de maîtriser la douleur éventuelle et de choisir le geste thérapeutique approprié. Parmi les très nombreux cas qui peuvent se présenter, cette séance pluridisciplinaire s’intéressera aux urgences endodontiques, aux urgences parodontales et enfin aux urgences esthétiques. Avec la participation de cliniciens chevronnés, cette séance abordera, en accord avec les standards actuels, toutes les facettes de ces urgences.


RÉUSSIR LA RELATION AVEC SON PATIENT 
Séance E120 - Points de vue - samedi 2 décembre - 10h30-12h

Séance incluse dans le forfait Congrès

Responsable Scientifique : Thierry Draussin
Conférenciers :
Corinne Lallam - " Profiler" son patient pour mieux communiquer
Vianney Descroix - De l'interaction à la relation : histoire d'une rencontre
Marc Sabek - Relation consentie, entre droits et choix

La "relation" dans sa définition, sa signification et sa raison d'être nous amène à nous poser plusieurs questions : la relation oui mais laquelle ? Quand suis-je en relation ? Dans la relation ? Puis je ne pas être en relation ou dans la relation ? Est-ce moi qui crée la relation ou elle qui me crée ? Entre l'implicite et l'explicite, quelle place pour la causalité circulaire des jeux et des "je" dans nos relations, notamment entre soignant et soigné ? Et si, en ouvrant la porte de notre salle d’attente et en étudiant rapidement nos patients, nous avions la capacité à connaître le profil de nos patients afin d’adapter notre attitude et notre discours pour créer une relation de confiance, de partage et surtout de sérénité. Mais la relation « soignant/soigné » reste une relation consentie qui se situe entre l’exigence du droit et l’adhésion au choix. Et « convaincre » un patient est une espérance et une relation de confiance, dans un engagement éthique. Comment y arriver ? Autant d’interrogations qui trouveront leurs réponses avec trois conférenciers de renom qui acceptent le défi en 18 minutes chacun, de vous convaincre de la nécessité d’une sérénité dans la relation soignant soigné. 

 18 minutes pour convaincre - pas le temps de mâcher ses mots


je m'inscris