Ouvrons les yeux...tendons l’oreille, la violence habite notre quotidien

L’Assemblée mondiale de la Santé, organe de l’OMS, propose dès 1996 que la prévention de la violence soit une priorité de santé publique (1). Difficile à appréhender lorsque la violence cohabite et s’invite de plus en plus dans le monde de la santé. Qu’elle s’exerce contre les professionnels ou qu’elle s’exprime par des séquelles orofaciales ou psychologiques sur le fauteuil dentaire en consultation, au travers d’un patient venu en urgence, elle fait désormais partie de notre quotidien.

Une violence multifacettes

Il n’y a pas « une violence » mais « des violences » touchant autant les praticiens, les patients adultes, que les enfants ou les personnes vulnérables, avec divers types d’atteintes et niveaux de gravité allant de propos déplacés, d’expressions convenues aux actes directs d’agression. Cette réalité qui évolue lentement mérite une prise de conscience des professionnels de santé que sont les chirurgiens-dentistes car elle ne les épargne pas. Elle s’insinue dans leurs relations professionnelles et personnelles sans qu’ils y soient réellement préparés avec un sentiment de solitude et d’impuissance face à un phénomène de société nouveau.

En France, plus de 200 000 femmes sont victimes chaque année de violences physiques, plus de 17 000 atteintes aux personnes et aux biens en santé sont signalées, avec essentiellement des injures, des insultes (38%) et des reproches relatifs à la prise en charge (60%) avec en contrepartie une absence de démarche judiciaire dans plus de 65% des cas (2). Tous ces éléments sont autant de stigmates d’une société où « la violence est partout et nulle part » comme le disait le philosophe Yves Michaud (3).

Quelle place et quel rôle pour le chirurgien-dentiste ?

Les membres du Comité scientifique du Congrès ADF 2018 ont souhaité aborder plus largement les problèmes de société et proposer à la profession un Carrefour sociétal de « réflexion et de prise de conscience » sur ce thème du chirurgien-dentiste face aux violences. Jean Valcarcel, vice doyen de l’UFR de Montpellier et responsable scientifique de ce Carrefour, et Nathalie Delphin, présidente du syndicat des femmes chirurgiens-dentistes, sont à l’origine de ce programme et de son déroulement.

Le Carrefour sociétal « Ouvrons les yeux…tendons l’oreille, la violence habite notre quotidien – Place et rôle du chirurgien-dentiste » permet en une séance d’explorer toutes ces multifacettes de la violence en santé en établissant un point précis sur l’état des lieux des violences contre les personnels de santé, contre les patients accueillis en soin tout en proposant de donner des clés et des outils aux congressistes pour mieux identifier ces situations, mieux les cadrer et comprendre l’incidence sur la relation de soin et sur le plan neuropsychique de ces traumas sur notre cerveau. La séance se veut interactive, avec en guise d’introduction, une illustration vivante (vidéos ou témoignages) de la perception et de l’approche qu’on les chirurgiens-dentistes face à ces situations particulières. Nous continuerons par un panorama sur l’état des lieux de ces violences en santé en 2018 au travers de l’expertise de l’Observatoire national des violences en santé avec la volonté de donner le plus exactement possible la mesure l’importance de ces violences, de manière pertinente et objective. La violence détectable sur des patients, et réciproquement celle subie par les professionnels de santé, feront ensuite l’objet d’un focus avec une présentation des marges de manœuvres médico-légales à notre disposition pour y répondre.

Puis, de manière très concrète, la violence conjugale et ses expressions au quotidien seront abordées avec des exemples réels gérés en odontologie aussi bien lors des soins qu’au cours de l’approche relationnelle pour y remédier. Enfin, la compréhension des micro traumas occasionnés chez les victimes, soignants ou surtout patients, complétera ces présentations en montrant l’incidence neuropsychologiques des violences qui est loin d’être anodine.

La fin de la séance sera consacrée à un échange entre tous les conférenciers et la salle. Les congressistes présents seront invités à échanger sur ces sujets à la lumière de leur expérience ou interrogation personnelles pour que ce carrefour soit plus qu’une séance scientifique, une séance de développement professionnel vouée à appréhender des solutions et à épauler le travail entamé par le Conseil national de l’ordre avec les référents violences pour inciter à la promotion d’une formation spécialisée en rapport avec le contexte précis de leur exercice dédiée aux chirurgiens-dentistes tout au long de leur vie professionnelle.

(1) Organisation Mondiale de la Santé - 49ème Assemblée Mondiale de la Santé. Résolution WHA 49.25; 1996.
(2) Rapport ONVS 2017 (Données 2015 – 2016) - Direction générale de l’offre de soins (DGOS) http://social-sante.gouv.fr/dgos/onvs 
(3) Violence(s) et Société d’aujourd’hui - Ouvrage coordonné par Véronique Bedin et Jean-François Dortier - La Petite Bibliothèque de sciences Humaines - Sciences Humaines Éditions, 2011.

Carrefour sociétal // 
La violence dans notre environnement : du visible à l'invisible. Place et rôle du chirurgien dentiste.

Séance C52 / Vie professionnelle - jeudi 29 novembre - 14h-17h
Séance incluse dans votre forfait Congrès - option DPC possible

Responsable Scientifique : Jean Valcarcel, Chef du Service d'odontologie de Montpellier & Vice-Doyen de l'UFR d'Odontologie de MontpellierChef du Service d'odontologie de Montpellier & Vice-Doyen de l'UFR d'Odontologie de Montpellier

Intervenants : 
→ Violence et monde de la santé...où en sommes-nous en 2018 ?
Vincent Terrenoir
- Commissaire divisionnaire délégué pour la sécurité générale - DGOS de l'observatoire des violences en santé
→ Signes de violence : savoir que faire
Christophe Bartoli - PUPH de médecine légale, chef du service de l'Unité hospitalière sécurisée interrégionale et de médecine pénitentiaire
→ La violence conjugale : savoir la détecter et savoir orienter le patient
Estelle Machat-Pegon - MCUPH de santé publique sur Clermont-Ferrand, spécialiste de la précarité et du recours
→ La mémoire traumatique
Ernestine Ronai - présidente de la MIPROF (Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains)

Interventions suivies d'une table ronde avec tous les interlocuteurs et la salle, animée par Nathalie Delphin, présidente du syndicat des femmes chirurgiens-dentistes et par Jean Valcarcel.

profil praticien photo ADF Faust Favart 
crédit image : ADF/Faust Favart


JE M'INSCRIS