25/11/2021 - 14:00-17:00
Médecine et chirurgie orales
Séance DPC
DPC4 -Diagnostic, prévention et traitement des pathologies muqueuses et osseuses bucco-dentaires - Réf. ANDPC 98902100009
Objectifs :
_Savoir identifier une ulcération et en faire le diagnostic différentiel.
_Savoir apprécier les limites d' une tuméfaction.
_Reconnaître les différentes lésions colorées de la muqueuse buccale.
Responsable Scientifique : Philippe Campan
Conférenciers :
Sylvain Catros - Lésions de la muqueuse buccale : le chirurgien dentiste en première ligne
Anne-Laure Ejeil - Une ulcération n’est pas toujours un aphte ! // Tuméfaction : pas toujours de lien entre aspect et gravité ! // Les lésions blanches peuvent-elles dégénérer ?
Géraldine Lescaille - Une ulcération n’est pas toujours un aphte ! // Tuméfaction : pas toujours de lien entre aspect et gravité ! // Les lésions blanches peuvent-elles dégénérer ?
Résumé :
La pathologie de la muqueuse buccale fait partie du champ de compétence du chirurgien dentiste. Il est d’ailleurs en première ligne pour identifier les lésions de la cavité orale. Il n’en demeure pas moins que celui ci est parfois désarmé pour en faire le diagnostic. La plupart des lésions sont bénignes et de diagnostic aisé, mais certaines sont trompeuses, mal étiquetées, ou pire encore ne sont pas détectées de façon précoce. Cette complexité est aussi responsable d’une errance diagnostique et de l’aggravation du pronostic de certaines pathologies. Selon les registres du cancer (Réseau FRANCIM 2019), 4677 cas de nouveaux cancers de la cavité buccale (hormis lèvres), ont été diagnostiqués en 2018, dont 66% chez l’homme. Il faut noter toutefois que ce nombre de cancers a doublé chez la femme depuis 1990. Ces chiffres méritent toute notre attention.
La démarche diagnostique doit donc être standardisée. L’observation par un examen clinique (inspection visuelle, palpation des lésions et des aires ganglionnaires), couplée à l’anamnèse (antécédents, signes fonctionnels et généraux, date d’apparition et évolution) et complétée par un examen histologique permet d’aboutir à un diagnostic.

Cette séance s’articule en 4 parties.
Dans la première partie, Sylvain CATROS aborde les données épidémiologiques, l’incidence des facteurs de risques (en particulier le tabac et l’alcool), la fréquence des lésions et de leurs localisations.
Les trois autres parties, menées conjointement par Anne Laure EJEIL et Géraldine LESCAILLE illustrent par des cas cliniques les lésions les plus fréquentes : d’une part les ulcérations et érosions, d’autre part les formations nodulaires et les tuméfactions, et enfin les lésions colorées, en particulier les lésions blanches. L’accent sera mis sur l’importance du diagnostic de la lésion élémentaire primaire (sur une muqueuse saine) et secondaire (évolution de la lésion initiale), diagnostic à la fois clinique et mais aussi histologique, basé sur la biopsie, acte peu invasif réalisé avec une simple anesthésie locale.

Cette séance a l’ambition d’être très clinique et interactive, en insistant sur les signes évocateurs de gravité et/ou de malignité.
La connaissance de ces signes cliniques devrait permettre une orientation et une prise en charge précoce des lésions de la muqueuse buccale.