27/11/2021 - 09:00-10:30
Parodontologie
Points de vue
E92 -Récessions gingivales et lésions cervicales : greffes et/ ou restaurations ?
Objectifs :
_Choisir l'option thérapeutique en fonction de critères objectifs.
_Connaitre les facteurs étiologiques pour limiter les risques de récidives.
_Aborder la chronologie de l'approche thérapeutique paro-restauratrice.
Responsable Scientifique : Corinne Lallam
Conférenciers :
Virginie Monnet-Corti - Récessions gingivales et lésions cervicales : quand et comment les traiter ?
Hugues De Belenet - Récessions gingivales et lésions cervicales : quand et comment les traiter ?
Résumé :
Les lésions cervicales non carieuses (LCNC) sont sources d’ambiguïté pour les praticiens lorsqu’elles sont associées à une récession gingivale. Au gré de leurs compétences, certains y verront d’un œil restaurateur la nécessité de réparer les tissus durs, là ou d’autres y verront d’un œil parodontal le besoin de reconstruire les tissus mous. L’objet de cette conférence est d’établir un dialogue entre les deux disciplines et de positionner le choix thérapeutique en fonction de critères objectifs. Les récessions gingivales et les LCNC partagent des facteurs étiologiques communs mais aussi des spécificités. Nous insisterons tout d’abord sur la nécessité absolue d’intercepter et de corriger les facteurs étiologiques. Ce prérequis indispensable permettra d’envisager la réussite à long terme de nos thérapeutiques tout en limitant les risques de récidives.
Les problématiques spécifiques à la restauration des LCNC par de la dentisterie adhésive seront ciblées. Nous proposerons des stratégies « adaptatives » pour les contourner et maximiser ainsi les chances de succès. D’un point de vue parodontal, les techniques chirurgicales de recouvrement radiculaire les plus efficaces seront détaillées en mettant l’accent sur leurs indications respectives, avantages, inconvénients mais aussi sur les points clés de chacune des procédures.
Enfin, nous verrons les situations cliniques dans lesquelles il doit être envisagé de réhabiliter conjointement le « rose » et le « blanc » pour se rapprocher au mieux de la situation naturelle originale et nous détaillerons la chronologie de cette approche combinée « paro-restauratrice ».