Démonstration TV en direct sur patient C39

L’empreinte optique en direct

Responsable scientifique : Maxime Ducret – Université Claude Bernard Lyon 1 / Laboratoire de Biologie tissulaire et Ingénierie thérapeutique, UMR 5305 CNRS. Exercice hospitalier.
Opérateur : Christian Moussally – Université de Paris / Unité de Recherche en Biomatériaux Innovants et Interfaces, UR4462. Exercice libéral
Conférencier : Linda Martin – Exercice libéral exclusif à Paimpol

Les progrès technologiques et informatiques récents ont permis une nette amélioration du processus d’empreintes optiques, premier maillon de la chaîne numérique en CFAO (1)(2).

Cet outil bénéficie des derniers algorithmes de post-traitement intégrant de l’intelligence artificielle, ce qui permet par exemple d’éliminer à la volée l’enregistrement d’une portion de langue ou de lèvre. La profondeur de champ plus importante permet l’acquisition des détails jusqu’à présent difficiles à capturer optiquement, et également de réduire le temps nécessaire pour réaliser l’empreinte. Les embrasures dentaires ouvertes ou encore l’intérieur des canaux dentaires des dents dépulpées sont à présent plus accessibles. La résolution spatiale a également considérablement augmenté. En effet, les capacités de stockage informatique accrues et la rapidité de calcul des microprocesseurs multi-cœurs permettent de traiter les données informatiques importantes liées à cette augmentation de résolution.

Ainsi, les dispositifs de prise d’empreintes optiques utilisés de nos jours permettent une moindre sensibilité aux conditions environnementales telles que l’expérience du praticien, la brillance et la couleur des surfaces enregistrées ou encore la lumière ambiante parasite. La capture des différents tissus durs et mous de la cavité buccale s’en trouve ainsi améliorée. Des pièces prothétiques comme des couronnes provisoires sur implant ou des appareils amovibles peuvent également devenir des fichiers supplémentaires apportant des informations essentielles au laboratoire de prothèse.

Le choix du sujet de la séance

Le thème de l’empreinte optique apparaît cette année comme un sujet majeur pour notre profession. En effet, l’acquisition de ce nouveau dispositif est souvent source d’interrogations pour le praticien et son équipe. Il y a toute une liste de critères décisionnels qui apparaissent vite et qui peuvent laisser les professionnels de santé face une sensation de doute et d’incertitude. La découverte de quelques connaissances et notions techniques permet rapidement d’affiner notre évaluation théorique des dispositifs, mais cela ne nous amène que très rarement à adopter le changement.
En effet, les praticiens peuvent se sentir perdus pour intégrer l’empreinte optique par manque de repère ou d’habitude, ou simplement par difficulté d’identifier les champs d’indication de ce dispositif. Le choix de ce thème de l’empreinte optique apparaît donc comme un choix logique pour aider et accompagner les praticiens dans cette évolution progressive de notre métier vers une odontologie numérique.

Cette séance permettra de suivre en direct deux praticiens, en s’approchant au plus près de leurs gestes et en observant tous les secrets qui font la force de ce dispositif. Les participants à cette session pourront ainsi s’enrichir de ces petites astuces qui font toute l’expertise de ces praticiens. Ils auront également la possibilité d’interroger les intervenants pendant et après leurs démonstrations pour répondre à toutes leurs questions et inquiétudes face à ce changement de pratique professionnelle.

Le programme de la séance

Cette démonstration télévisée débutera par la réalisation d’une empreinte optique intra-canalaire avec pour objectif de réaliser ensuite un faux moignon à ancrage radiculaire (Figure 1 et 2). L’assemblage du faux moignon et la finition de la préparation permettront ensuite de montrer le protocole clinique d’une empreinte optique réalisée sous digue. Enfin, la notion de chemin de scannage sera abordée à travers l’enregistrement d’une arcade partiellement édentée.

Une deuxième intervention autour de l’implantologie permettra d’apprécier également les évolutions des techniques chirurgicales au service de la prise en charge du patient. En effet, le numérique et l’empreinte optique apportent aujourd’hui prédictibilité et rapidité des soins, que ce soit pendant et après la chirurgie, mais aussi lors de l’étape de la conception de la prothèse d’usage. Nous verrons notamment les techniques simples pour transmettre la position et l’indexation de l’implant en communiquant les rapports inter et intra arcades. Désormais, lors des séances d’extraction implantation immédiate, le profil d’émergence peut être anticipé notamment en secteur antérieur (3). Nous verrons enfin comment les progrès de l’empreinte optique permettent également d’enregistrer un profil d’émergence biomimétique lors d’une séance d’extraction implantation immédiate, grâce à une vis de cicatrisation personnalisée qui guide les tissus dans la cicatrisation et qui deviendra par la suite un corps de scannage fournissant la position, et l’indexation de l’implant et surtout la forme de ce profil d’émergence (Figure 3 et 4). L’empreinte optique permet, lorsque tout est anticipé, de s’affranchir de vissages et dévissages nocifs pour l’espace biologique pouvant générer des réactions inflammatoires et une perte de stabilité dimensionnelle des tissus mous.

Conclusions

Cette séance présentera en direct aux praticiens les dernières possibilités cliniques en matière d’empreinte optique, avec une ouverture sur des protocoles de CFAO directe ou semi directe. L’objectif est de se familiariser avec cette nouvelle technologie en proposant de suivre deux praticiens qui manipulent les dernières générations de scanner intra-oraux au quotidien dans leurs pratiques. Cette séance sera majoritairement consacrée au partage d’astuces et de protocoles cliniques, et aura pour but de présenter les différentes étapes à suivre en fonction de l’indication clinique (prothèse fixée, prothèse amovible et prothèse implantaire).

Références
1. Richert R, Goujat A, et coll. Intraoral Scanner Technologies: A Review to Make a Successful Impression. J Healthc Eng. 2017;2017:8427595.
2. Mangano F, Gandolfi A, et al. Intraoral scanners in dentistry : a review of thecurrent literature. BMC Oral Health. 2017 Dec 12;17(1):149.
3. L. Martin et S. Morice, “Un SSA (Sealing Socket Abutment) nouvelle génération, le SSASB”, STRATÉGIE PROTHÉTIQUE janvier-février 2022, 22(1).